Blog

Hommage à Monique BRENOUX

Hommage à Monique BRENOUX

HOMMAGE à MONIQUE BRENOUX_03Monique Brenoux nous a quittés samedi 22 Juin à l’age de 81 ans. Elle  avait été hospitalisée en février puis admise au centre de gériatrie fonctionnelle du CHS de Nouville. Nous lui avons rendu visite régulièrement et lorsque nous l’avons saluée la veille de partir pour la métropole, nous avons cru voir dans son regard comme un adieu.

Depuis la création de notre association, Monique s’impliquait régulièrement dans nos réunions ou assemblées et lors de l’AG 2012 elle renonçait  à rejoindre le bureau pour rester simple adhérente.

Nous garderons de Monique, le souvenir d’une personne discrète, affable, cultivée mais aussi coquette et généreuse. Elle laisse  trois enfants et cinq petits enfants. dont Océane qui était venue nous interviewer lors d’une réunion.

Monique avait témoigné de son combat contre la maladie de Parkinson

– à travers une interview aux »Cerisiers Bleus » lors de la journée mondiale 2010


– avec un poème quelle avait déclamé voici 2 ans à une soirée du Club des poètes où elle aimait se rendre. En voici la reproduction intégrale en guise d’hommage :

 

MONIQUE 5Qui es-tu ?

Je ne t’ai jamais vu !

Qui es-tu ?

Tu n’es qu’un inconnu

Qui t’as permis d’entrer sans même avoir frappé

Tu es ici CHEZ MOI !

Ici est ma demeure

Qu’y fais tu ?

Invisible, trompeur

 

Ah ! Monsieur Parkinson ! C’est toi !

Depuis quand es-tu là ?

Je le sens, je le sais

L’étranger est ici

Malgré moi

Invisible, sournois

Trompeur

MONIQUE 4Je ne veux pas de toi

Tu ne me fais pas peur

Telle une pieuvre étend ses bras

Peu à peu tu m’enlaces

Depuis combien de temps

As-tu mis tes racines

A mon corps défendant

Six mois, un an ?

Six ans ?

Davantage peut-être

Voleur

Tu te voudrais charmeur

Pour mieux m’ensorceler

Crois-moi bien

C’est raté

Comme un amant jaloux

Tu ne me quittes pas

Las ! tu me suis partout

Pas un instant de trève

Tu vas jusqu’à peupler…

Mes rêves.

Mais détrompe-toi bien

Jamais tu ne m’auras

Toujours je me battrais

S’il le faut, je fuirai

Tu n’auras pas mon âme

Tu te voudrais le maître

 

MONIQUE 7D’où viens-tu ?

Pourquoi te caches-tu ?

Ne serais-tu pas sûr de dominer les êtres

Sur qui tu fis ton choix ;

Doit-on vivre avec toi,  INDISCRET ?

Amis , famille aussi, doivent-ils t’accepter ?

INTRUS !

Tu te voulais charmeur

Pour mieux m’ensorceler

Mais voilà … c’est raté.

MONIQUE NOUS T’OUBLIERONS PAS !

Posted in: Hommage, Vie de l'association

Leave a Comment (0) ↓

Leave a Comment